jeudi 18 avril 2019

viens prendre un air d'insouciance


"Je dis le silence car le silence n'est pas le silence.
Je veux dire: le silence n'est pas l'absence de bruit, ni l'oblitération de la parole.
De même, la paix c'est autre chose que l'absence de guerre.
De même, le silence de la mer n'est pas le silence de la pensée ni le silence de l'action.

On fait silence comme on fait du bruit, c'est un acte.
Quelquefois on prend le silence comme on prend la parole.
.../...
Le silence est le temps de la pensée, du retour sur soi, de l'aller vers l'autre.
Ceux qui ont peur du silence ont peur de la pensée.
.../...
Le silence est le temps de la résonance.
Les mots sont de longue vie à ceux qui les aiment et ils ont besoin d'un long temps pour que leur sens fasse trace en nous.
De même, une immobilité chaude et vibrante est le temps de la résonance des gestes.
Seul le vide peut être rempli. Laisser du vide dans les mots et les sons pour qu'ils soient remplis de sens et de chaleur.
.../...
On vous a donné la parole et vous n'en avez rien fait..
Je vous donne le silence, il fera quelque chose de vous.
.../...
Quand les vents du silence soufflent sur nous, ils effacent nos blessures et donnent à nos rires le lieu de se déployer.
C'est le souffle des silences fertiles qui nourrit les mots à naître et consume les sentiments amers.
.../...


.../...
On distingue le silence ancien à son usure douce, au froid des nuits de l'espace dont il garde toujours trace, au grain légèrement rauque de son murmure intérieur.
On croit le saisir, il a disparu. il revient quand on ne l'attend plus. Il est là.
Le silence récent est parfois douceâtre, parfois acide, il est instable, changeant, nerveux, volatil.
Il faut le saisir au vol.
il n'est pas discret.
On pourrait le croire agressif. souvent il meurt en pleine jeunesse.
.../...
Le silence n'est pas si violent que vous ne puissiez l'atteindre, et puis le silence n'est pas violent mais il y a de la violence dans le silence.
c'est que la vie nous est une grande violence.
Dans le silence, cette violence nous traverse, nous l'observons, nous la comprenons, et elle nous laissera inchangé.

Sur les arbres à silence poussent des fruits furtifs, que l'on nomme larmes évanescentes ou fleurs de la nuit ou bien pierres toujours grises.
Qui mange ces fruits perd la raison.
Qui mange ces fruits gagne l'horizon.

C'est quand il se laisse entraîner par le vent, sans résister, que le grand oiseau de la mer n'entend plus le vent. Laissez-vous emporter par le flot des paroles, et bientôt, vous ne les entendrez plus et le silence naîtra en vous, comme un nouveau matin pâle.
.../..."
Michel Thion- extraits de: "Traité du silence" Editions Voix d'encre










                                                                   \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\|||||||||
ERGONOMIE

     source: Marianne

Une étude publiée ce jeudi 18 avril montre que les fonds économisés par les ménages exemptés d'ISF servent avant tout à consommer et à épargner, au lieu d'investir dans les entreprises.
Ben v'la autre chose.
Consomme..
.Voyelle répondit machinalement l'écho en aérant sa purée du soir avec un morceau de beurre salé.
"Cette réforme, c'était une réforme pour produire, pas un cadeau pour les plus fortunés"
 C'est Sa Seigneurie qui le dit, alors, nous voilà rassurés.
Bon appétit bien sur.

.../..."L´ambition a des lois
l´ambition est un culte
tu voudrais que ta voix
domine le tumulte
tu voudrais que l´on t´aime
un peu comme un héros
mais qui saurait quand même
faire des ronds dans l´eau.

.../...




Céleste randonnée
en
astrophysique.
Trou noir local et  de circonstance
en hommage à une chercheuse qui trouve
mais fait de l'ombre aux rassis sociaux

                                                              \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\|||||||||||||||||||||||[[[[[

                                                               
                                                                  \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\||||||||||


                                               \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\|||||||||||||||||| 



"Il y a ceux qui rêvent les yeux ouverts
Et ceux qui vivent les yeux fermés
Ceux pour qui tout va tout à l'envers
Jamais le cœur abîmé, résigné
Si quelques paumés de l'univers
Au cabaret de la dernière chance
Se retrouvent autour d'un dernier verre
Viens prendre un air d'insouciance
Et danse!

Si quelques paumés de l'univers
Au cabaret de la dernière chance
Se retrouvent autour d'un dernier verre
Viens prendre un air d'insouciance
Et danse!


Il y a ceux qui rêvent les yeux ouverts
Et ceux qui vivent les yeux fermés
Ceux pour qui tout va tout à l'envers
Jamais le cœur abîmé, résigné
Si quelques paumés de l'univers
Au cabaret de la dernière chance
Se retrouvent autour d'un dernier verre
Viens prendre un air d'insouciance
Et danse!

Il y a ceux qui rêvent les yeux ouverts
Et ceux qui vivent les yeux fermés
Ceux pour qui tout va tout à l'envers
Jamais le cœur abîmé, résigné
Si quelques paumés de l'univers
Au cabaret de la dernière chance
Se retrouvent autour d'un dernier verre
Viens prendre un air d'insouciance
Et danse!

Si quelques paumés de l'univers
Au cabaret de la dernière chance
Se retrouvent autour d'un dernier verre
Viens prendre un air d'insouciance
Et danse!

Il y a ceux qui rêvent les yeux ouverts
Et ceux qui vivent les yeux fermés
Ceux pour qui tout va tout à l'envers
Jamais le cœur abîmé, résigné
Si quelques paumés de l'univers
Au cabaret de la dernière chance
Se retrouvent autour d'un dernier verre
Viens prendre un air d'insouciance
Et danse!"

Pierre Barouh 



 

mercredi 17 avril 2019

commun



   " Vivre est utopique. On nous fout sur la terre sans prévenir, il faut faire avec. Alors l'utopie, c'est de se prendre en main, de se vouloir libre. Il faut pouvoir se dire qu'on n'est pas seulement là pour bouffer, dormir, rêvasser. Il y a une énorme charge utopique dans le phénomène d'écrire. C'est comme l'amour, il n'y a rien de plus inconsidéré malgré les bateleurs de foire. On en cache l'évidence avec des mots comme sexe, fantasme, etc. Mais le sexe n'est pas si important qu'on se plaît à le dire. Les hommes et les femmes ne vivent pas seulement sous ce signe, ils n'ont pas le temps. Mais comme il faut rendre la vie intéressante par tous les moyens, ils le laissent croire. Et toute notre vie, l'écran de notre vie, est maculé par ces illusions entretenues à grand renfort de dérisoire propagande. Comme si on voulait influencer les singes. Le sexe, c'est la guerre. Et c'est la misère. Mais ce sont les riches qui en parlent le plus. Gros matériel de cuisine pornographique. C'est très bien, le nu. Mais il faudra bien se rhabiller. Il y a là un point sensible de l'histoire du monde. On arrive à une situation irréversible. Puis les bibliothèques croulent, les intelligences se bouffent le nez, il y a je ne sais quelle énervante impuissance dans l'air. En témoignent les séries inconsidérément assenées par nos dictateurs de poche : Marx, Freud, Artaud – quelle salade, plein la bouche ! – Scève, Hopkins, Hölderlin – chacun y va de son hérédité choisie, pas de main morte, avec, pour dôme, sésame à détonateur, l'humour, le sauve-qui-peut ; l'ennui de se savoir assez insignifiant en a fait d'autres."
Georges Perros




" L’humanité m’a toujours écœuré. Et ce qui m’écœure le plus, tout le cirque des familles, y compris le mariage, j’ai le pouvoir et je te protège, et de fil en aiguille cette lèpre gagne du terrain : le voisin de palier, de trottoir, du quartier, de la ville, du département, de la nation, chacun se raccroche au cul de l’autre, pétant de trouille et de connerie comme une abeille au fond de son gâteau de miel."
Charles Bukowski, Contes de la folie ordinaire,
traduction:. Leon Mercadet


                                                        \\\\\\\\\\\\\\\||||||||||||||||||||||||||||||||
 illustration source "Lundi Matin"


Z'avions lu ceci:

 Sauvons la cathédrale du coeur

"Frères et soeurs,
Hier, Notre-Dame de Paris a brûlé. En son temps, le Christ nous a donné l’exemple en chassant les marchands du temple. Tous les vrais chrétiens doivent, aujourd’hui, chasser les marchands de temples du temple de leur cœur. Sans quoi ils succomberont aux manoeuvres obscènes des spéculateurs en tout genre, politiciens, fraudeurs du fisc, grenouilles de bénitier, incultes en quête de racines, ou groupes pollueurs, hâtifs de tirer la couverture à eux. Qu’on rappelle aux mains qui ne deviennent généreuses qu’à la mesure de la gloire qu’elles en tirent, ces mots de vérité : "Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent" (Mt 6:24).
Quel contraste entre ce sombre manège, et le spectacle solennel que les rues de Paris offraient hier soir : l’antique passion du feu nous réunissait, et le silence du recueillement planait sur la ville, un silence de feu qui me rappelait celui des extases pascaliennes, un silence que nul faste, nulle cagnotte, nul don défiscalisé n’achètera jamais. Nous avons vécu la grandeur d’un moment de temps pur et chacun, pour peu qu’il participât à cette grande communion, jusqu’au plus indécent preneur de selfie, ne pouvait tout à fait en sortir indemne.
Cependant, frères et sœurs, je vous le dis : il est moins urgent de reconstruire la cathédrale de pierre que de sauver la cathédrale du cœur. Je m’étonne de constater que ceux qui chassent leurs prochains comme des vauriens en leur répétant à l’envi qu’ils n’ont pas un centime à leur consacrer, laissent ainsi ruisseler des flots d’or quand il en va de l’image d’une capitale que peuple l’égoïsme, la cupidité, les logements vides, la chasse aux pauvres et à l’étranger, les divertissements frivoles. Je m’étonne aussi de cet activisme effréné qui les a saisis, passée la nouvelle, là où le Roi David aurait couvert des semaines durant sa face de cendres, là où l’Empereur de Chine se serait astreint à trois jours de bains d’eau lustrale. Ceux qui nous gouvernent ne se sont-ils pas demandé quelle main les avait frappés ? Sont-ils à ce point orgueilleux que même la catastrophe la plus inattendue ne puisse prendre à leurs yeux la figure d’un présage ?
La vérité, frères et sœurs, est que le Royaume des cieux est plus proche, aujourd’hui, des habitants délogés de Notre-Dame-des-Landes que des touristes encombrant le parvis de Notre-Dame-de Paris par la grâce d’Airbnb. Victor Hugo disait de la cathédrale qu’elle était un art magnifique produit par des vandales : les merveilles du monde ont toutes d’abord été cabanes. Le Christ n’est-il pas né dans une étable ?
Notre monde souffre d’un mal et d’un orgueil inextirpable, celui du refus de rien laisser mourir, de rien laisser changer. L’histoire a pour nous le rythme de la rénovation. Mais les replâtrages successifs n’ont pour seul sens que de figer le véritable mouvement, d’empêcher tout renouvellement et toute conversion. Victor Hugo ajoutait que l’art oublié des cathédrales, l’académisme l’avait tué. Or, le péril qui nous guette aujourd’hui n’est plus celui des pédants férus de latin ou de grec. Il est plus grave et plus pressant. Il a à son service une armée de preneurs de sons et de cameramen, déchaîne des tempêtes de flashs et les sirènes des convois spéciaux, réunit les puissants, les riches et les maîtres du spectacle dans une lugubre conspiration. Je veux parler de la pulsion tétanique à conserver qui saisit les âmes, sidérées par l’évidence éblouissante de la catastrophe. En somme, il ne faut surtout pas que quoi que ce soit puisse se produire, le triomphe du sinistre Viollet-le-Duc, maître de l’architecture en toc, se doit d’être éternel !
Frères et soeurs, ce qu’incarne vraiment pour nous la cathédrale de Paris, qui hier enfin nous a été rendue, c’est la possibilité de penser et d’habiter ce monde, une possibilité dont ceux qui nous gouvernent sont du tout au tout dépourvus. Hier, la cathédrale a pour nous cessé d’être cette vague masse architecturale qui se découpe parfois au coin des rues, cette énième vieillerie muséifiée inscrite au "patrimoine de l’humanité", qu’on ne visite qu’à travers son téléphone. Si les coeurs de tous les Parisiens se sont étranglés au spectacle de l’incendie, ce n’est pas de contempler impuissants la disparition d’un fleuron du tourisme français, mais de n’avoir jamais habité ni vécu avec la cathédrale qu’ils frôlaient tous les jours. Chaque coeur murmurait : "Eh quoi ! voilà qu’on nous enlève cette bâtisse majestueuse, cette maison abandonnée de Dieu, ce legs des âges livré à la plus basse exploitation par des pillards endimanchés, avant même qu’elle ait pu nous appartenir, avant même que nous n’y ayions prêté la moindre attention, alors même que nous n’avions pas pu en faire usage !". Ce dont on nous avait privé, en proie aux flammes, redevenait commun, l’objet d’une commune déploration et d’une commune colère.
Tandis que j’arpentais les ruelles du quartier de la Huchette, les vastes trottoirs du pont de la Tournelle, je sinuais entre la foule arrêtée par l’éclat du brasier. J’entendis une voix s’exclamer : « c’est beau ». Et une autre : « j’aimerais qu’ils ne reconstruisent jamais. » Je ne suis pas loin de leur donner raison. Le cœur a quelquefois besoin de retrouver l’âpreté d’un désert. Cet édifice ne serait-il pas plus vivant de voir le bois incendié de son transept servir d’engrais à la poussée des chèvrefeuilles, l’Île Saint-Louis de vivre un peu moins au rythme des touristes, les êtres de se rassembler vraiment sur son parvis pour y parler de leur condition, tandis que les cœurs secs des fantassins de la mission sentinelle s’en éloigneraient un peu et que ces lieux, alors, retrouveraient peut-être quelque chose de sacré ? Notre-Dame, enfin arrachée à ses profanateurs par le brasier, pourrait alors revenir au peuple, qui en ferait usage pour abriter les pauvres et les exilés, prendre soin des malades et des malheureux, servir les saines révoltes et les dignes fureurs, en somme, rétablir un semblant de justice divine en ce monde.
Les ruines de la cathédrale, rendues à l’usage populaire, nous rappelleraient que les choses passent, expliqueraient aux puissants, si imposant ou ridicule que soit leur règne, que celui-ci touche à sa fin, et que leur monde finira dans un embrasement sans cri ni gémissement, un évanouissement qui réjouira les cœurs à la façon d’un feu de joie.
Si la cathédrale nous émeut, mes frères et sœurs, c’est aussi qu’elle nous rappelle que la pensée, la vie, et le travail n’ont pas toujours été choses distinctes, qu’il fut un temps où les ruines qu’on produisait n’étaient pas parkings souterrains, canettes en aluminium millénaires et boyaux de métropolitains. Comme le dit Victor Hugo, l’intelligence humaine a peut-être un jour quitté l’architecture pour l’imprimerie, ceci a tué cela. Mais, pour ceux qui pensaient déjà hier à tirer parti du désastre alors que le feu n’avait pas encore accompli son œuvre, le livre est depuis longtemps un espace de vacuité, toute intelligence a cessé d’exister, tandis qu’une vaine Ambition sert de Bible. La cathédrale n’appelle pas un sauvetage patrimonial digne d’un Sisyphe, voué à finir lacéré par la tartufferie de ses mécènes, mais témoigne de l’urgence de réapprendre à penser et vivre par nos propres moyens, pour quitter la prison d’informations et d’images qui nous sépare, et retrouver le pouvoir expressif d’une production collective, manuelle et durable."
Un curé de campagne en visite à Paris
source: "Lundi Matin "
                                                                        \\\\\\\\\\\\\\
Chez "Le Marquis de l'Orée" :

 " Quand un monument historique - écrasant totem peinant à égaler la dévotion et la mégalomanie de ses contemporains - est détruit par un incendie, une tornade ou toute autre intervention bienveillante de l’Absolu sous la voûte céleste, il n’est pas nécessaire de s’en réjouir, et moins encore de s’en attrister.
    Une fois le terrain dégagé, il suffit d’y planter des fleurs et quelques arbrisseaux, laisser se transformer les fondations en pièces d’eau, et parsemer le tout de bancs publics où seront offerts gracieusement - pour l’éternité - des infusions de thé et de menthe fraîche embaumant à portée de main. Il n’est jamais trop tard pour se hisser à hauteur d’homme."


                                                                      ||||||||||||||||||||||||\\\\\\\\\\\
 

                                                 \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\[[[[[[[[[[[[[[[[[[


" Voilà
J'ai rêvé ma vie
Les yeux grand ouverts
Me suis réveillé
Quand c'était l'hiver

La neige était là
Le ciel était gris
Le vent était froid
Je n'ai pas compris

Mes beaux soirs d'Avril
Que j'avais rêvés
Où donc étaient-ils
J'en aurais pleuré

Faites moi plaisir
Commencez sans moi
Laissez moi dormir
J'étais fait pour ça"

Francis Blanche