lundi 2 juin 2014

d'en haut



Devenir homme, c'est tomber de haut 
-Félix Leclerc- 


 "Tenir du fleuve l'apaisement pour les terreurs des petites filles aux allumettes 
    tenir du père et de la mère 
    tenir des arbres les racines avec un geste planté debout.
.../...
Tenir la mer bâbord tribord de plein fouet des deux côtés
de l'horizon
font plusieurs vagues dans le ventre
 terres disparues 
bateau huit clos
entre des hommes sans leurs mères
vigilant seuls
pas consolés
de dos debout.
.../...
Tenir à boire toute la mer
pour un record triste du monde
je pense au temps qu'il faut aux fleurs des orangers
pour devenir des oranges
la pointe des pieds sur mes cailloux
inconsolable puis consolée
riant  debout.
.../..."
Albane Gellé-
extraits de:"Si je suis de ce monde"

 
-Albane Gellé-


D'en haut,
s'en remettre aux triangles des mers mude.
Toujours la même, jamais semblable
l'eau qui vaille
à la baille
pendant que l'histoire grimpe aux rideaux
sur la toile
d'un soir
en Loire.

D'en haut, s'envisager à toutes ailes,
Fa un temps
Détacher le corps-mort, redevenir cormoran.
Vite oublier les attaches du port , humer les courants 
et
réinventer une mathématique délicate et parfumée
à l'essence-ciel
qui se f''rait la belle
les  pieds palmés.

Valser entre les lignes, les filets à gogo.
Rouler, tanguer; 
s'en balancer dans tous les sens
et 
relier connaissance
avec l'ani-matrice complice des toujours.
D'en haut.

D'en haut.
 La roue qui tourne
juste pour rire
et trembler,
juste pour dire
qu'on aura essayé
de s'envoler.
Avant l'heure,
c'est pas l'heure










 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire