mercredi 10 avril 2013

le kit du mercredi






".../...Le plus gênant était de ne pas avoir d'explication rationnelle;
il avait consacré sa vie au cerveau humain. avant ses recherches, ce domaine était encore quasiment vierge. Dès son arrivée en Suède, après avoir appris la langue et s'être inséré dans la société, il 'était lancé dans la recherche médicale, frappé de constater combien étaient absurdement faibles nos connaissances sur notre propre cerveau. En gros, il avait à lui seul donné le coup d'envoi à la recherche neurologique en Suède.
Professeur à l'institut Karolinska dès les années 1950, à tout juste la quarantaine, il avait invariablement été pressenti pour le prix Nobel.
Qui ne lui avait jamais été décerné.
Il s'était en revanche forgé une conviction chaque jour plus solide que l'homme n'était que matière."l'âme" était une conception ancienne construite de toutes pièces pour combler un vide dans le savoir humain; La connaissance du cerveau. A mesure que progressaient les recherches sur les fonctions cérébrales disparaissait le besoin d'âme, à l'instar des dieux et des mythes qui reculaient toujours dès que la science gagnait du terrain. Il s'était marié, avait eu des enfants et connu tous les miracles de la vie quotidienne sans démordre de sa foi dans le matérialisme. L'homme était entièrement déterminé par des influx nerveux dans le cerveau. Voilà tout.
.../..."
extrait de:"Europa Blues" de Arne Dahl- traduction:Rémi Cassaigne-Editions Seuil







De mon ile, achetée à rêverie,
Ré-estimant la surface à l'échelle insolite.
La dimension de l'homme  se prenait des couleurs beaucoup plus spirituelles.
L'homme
se déterminant aussi  par l'originalité.
de son expérience en solitude des multitudes.




2 commentaires:

  1. Et où se loge la poésie, dans le cerveau humain ? Où ?

    RépondreSupprimer
  2. Elle est pas vraiment à sa place dans le cerveau humain, elle lui cherche trop des noises, tout le temps,
    pour essayer de saisir: Où il veut en venir?

    RépondreSupprimer