jeudi 14 janvier 2021

pourquoi et comment

 

"A ta fenêtre il m'arrive de ne pas frapper
à ta voix de ne pas répondre
à ton geste de ne pas bouger
pour que nous n'ayons rien à faire
qu'à la mer qui s'est bloquée."
 Jean-Claude Izzo extrait de: "Total Khéops"


"Non, pour rien au monde Joss n'aurait accordé sa confiance aux choses, pas plus qu'aux hommes ou à la mer. Les premières vous prennent la raison, les seconds l'âme et la troisième la vie."
Fred Vargas extrait de: " Pars vite et reviens tard."
 
 
                                                         \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\||||||||[[[[[[[[
 
 
 
 
 

 
 
 

 
 
 

 


                                                   \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\|||||||||||||||||||||||||||||[[[[[[[


"Les hommes du port larguent une amarre ; à bord, on remonte les dernières passerelles. Enfin, le bateau est libre, on sent la mer sous les pieds. Le mouvement n'est pas très fort, elle est calme, mais il y a un très léger tangage et le ronron du moteur. Rose se serre contre Marius.

- Tu as peur madame Escartefigues ?

Elle sourit:

- Non, je suis avec toi. Mon beau monsieur Escartefigues ! Mon cœur bat la chamade, je ne suis jamais sortie d'Europe !

Les badauds sur le quai font de grands " hou hou ! " Les enfants bougent les bras comme des moulins à vent, les hommes lancent casquettes et hauts-de-forme, les femmes agitent leurs mouchoirs de dentelle de Calais. En troisième classe, beaucoup sentent leur cœur se serrer. Presque tous partent sans se retourner sur leur passé, qui n'est pour la plupart qu'une suite de malheurs, de misères... Ils ont vendu leurs meubles, leurs vêtements, tout ce qui pouvait se négocier. Ils ont placé tous leurs espoirs, patrie intrinsèque de l'homme, dans ce pays dont partout on vante les mérites."
Gilles Del Papas extrait de: "Attila et la Magie Blanche"


"Quand je me réveille la nuit, je n'éclaire pas, je ne bouge pas, j'écris sous mes paupières, je dessine des mots de lumière sur la page obscure d'une insomnie."
René Frégni 
 


 
 

 
 
"On ignore toujours pourquoi et comment, un souvenir vous remonte à la gorge. Ils sont là, c'est tout. Prêts à sauter sur l'occasion. Pour vous tirer vers des mondes perdus. Les souvenirs, quels qu'ils soient, même les plus beaux ou les plus insignifiants, sont ces instants de la vie qu'on a gâchés. Les témoins de nos actes inaboutis. Ils ne ressurgissent que pour tenter de trouver un accomplissement. Ou une explication..."
Jean-Claude Izzo extrait de: "Les marins perdus"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...