vendredi 8 novembre 2013

l'utopie n'est pas facultative



"Peut-être
                que vos enfants
seront montreurs d'ours, funambules, allumeurs d'étoiles, petits princes sur la lune, nomade dans une roulotte.
Et bien...
Laissez les s'amuser dans les flaques d'eau, habituez les au silence et à la nuit et aux lueurs de l'aube...
Peut-être mûrissent-ils en eux des révolutions...
Montrez leur la terre pleine de peines et les enfants qui ont faim, et la beauté...

Peut-être vont-ils  accrocher des guirlandes entre les montagnes de notre planète bleue pour fêter les frontières envolées entre peuples, races, cultures...

Ce sera à nouveau le long apprentissage de l'éternelle sagesse pour respecter terre, ciel, voisins, divin. et les fous issus de nos errances, de nos guerres et des gouffres de solitude devront apprendre à s'empêcher de semer par les sentiers tortueux leurs viols, poisons et bombes.

L'utopie n'est pas facultative
Notre survie en dépend"

Ce  texte a été écrit par le Poète Ferrailleur. Je l'ai découvert sur le délicat  blog de Françoise " J'ai envie d'en parler" et comme l'on dit  "Il m'a interpellé quelque part" aussi, il me fallait le partager avec vous.
 Rien de tel que ce genre de Sage Parole pour débuter la journée...
:-)





question de Ambre:

Serait-ce si vain de trembler ces mots ?






"Danse-moi à ta beauté avec un violon en flammes,
Danse-moi dans la panique jusqu'au repos de mon âme,
Lève-moi comme un olivier, sois ma colombe de retour,
Danse-moi vers la fin de l'amour,
Danse-moi vers la fin de l'amour.

Laisse-moi voir ta beauté quand les témoins sont partis,
Laisse-moi te sentir bouger comme un Babylone jadis,
Révèle-ce dont je vois les limites et le doute,
Danse-moi vers la fin de l'amour,
Danse-moi vers la fin de l'amour.

Danse-moi à la noce, oh danse-moi tout le temps,
Danse-moi tellement tendrement, danse-moi très longtemps,
Tous les deux, nous sommes en dessous, au dessus de notre amour,
Danse-moi vers la fin de l'amour,
Danse-moi vers la fin de l'amour.

Danse-moi vers les enfants demandant à naître en paix,
A travers les rideaux que nos baisers ont usés,
Lève une tente pour s'abriter, les fils déchirés toujours,
Danse-moi vers la fin de l'amour,
Danse-moi vers la fin de l'amour.

Danse-moi à ta beauté avec un violon en flammes,
Danse-moi dans la panique jusqu'au repos de mon âme,
Touche-moi avec ta main nue, ou gantée de velours,
Danse-moi vers la fin de l'amour,
Danse-moi vers la fin de l'amour.

Danse-moi vers la fin de l'amour."




-Graeme Allwright-







"Un arbre passe, un homme le regarde
et s'aperçoit que ses cheveux sont verts
il bouge un bras tout bruissant de feuillages
une main douce à cueillir les hivers
lentement glisse à travers la muraille
et forme un fruit pour caresser la mer.

Quand l'enfant vient, c'est la forêt qui parle
il ne sait pas qu'un arbre peut parler
il croit entendre un souvenir de sable
la vieille écorce aussi le reconnaît
mais elle a peur de ce visage pâle

Chacun s'éloigne- il vole quelques feuilles
tout l'arbre bouge et jette son adieu
pour une veine il pleure sept étoiles
pour une étoile il a donné ses yeux
il a jeté ses racines aux fleuves.

Les derniers cris déserteront les gorges
quand les oiseaux ne s'y poseront plus
quelqu'un déchire un à un les automnes
le fils de l'arbre écarte lkes bras nus
et dit des mots pour que le vent les morde.


Robert Sabatier-"Passage de l'arbre"








2 commentaires:

  1. :)
    J'ai découvert par hasard un artiste local tout près de chez moi, un peu comme le Poète Ferrailleur, je lui consacrerai un post prochainement.
    Tu m'accorderas que c'est dur, parfois, de rester dans l'Utopie, mais à plusieurs ça consolide les rêves les plus fous.
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  2. Hello Ambre
    Je serai ravi de découvrir cet artiste de par chez toi.

    Les rêves à plusieurs ça tient au chaud l'hiver
    ;-)

    Belle soirée à toi

    RépondreSupprimer