dimanche 7 août 2016

enquête de reconnaissance


Enquête de reconnaissance.

 Remonter les traces d'une écriture première;
 cicatrices d'un chemin payé en  liquide
et trop tôt mis dans une poche à illusions sonores.

Petit !
Dis bonjour à ta mer
qui te protège du je m'aime tout seul et puis te lâche un jour sur la grève sans prévenir.

Et toi, alors,
de pianoter sur le sable, du bout de tes ptits doigts potelés et malhabiles,
à la recherche d'une langue de terre
silencieuse et terrible
qui contrairement aux apparences indigènes
(Maintenant, je sais)
 n'a jamais voulu braire en  français
mais plutôt, en phase avec son isthme et l'universel maritime, débarquer d'un verbe propre au premier regard;
celui que tu coules sur les choses du monde et ses représentants à portée de mauvaise vue.

Maintenant, je sais
c'est le tic de mes gênes
qui me pousse au contre-courant
du compte à rebours.

Maintenant, je sais.
 Bretagne comme un moindre mâle
tellement elle me semble  féminine
dans son  identité rocheuse,
et mouvante poésie
et puis, rien que le vent , le sempiternel vent qui décoiffe mes certitudes de pacotille,
et mes larmes à la note tellement salée
en fin du repas.

Maintenant, je sais.
Haut les coeurs de mâle de mer,
Les mots sont juste là pour combler un masque des raisons
et ces saisons
de cales en béquilles,
d'équinoxes en solstice,
de long courrier  perdu  en poste restante
avec son triste sire de beaupré;
De profundis.

Maintenant, je sais.
Paré à virer ?
Alors,
Envoyez!














Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire