mardi 30 septembre 2014

fashion week


-Encore un enfant martyr-

"On ne sut jamais l'heure précise de sa naissance. Sa vie débuta dans le vague et l'oubli, comme une carie dans une mâchoire saine, un accroc dans le tablier, une occultation de quelques minutes ou de quelques heures bien vite ravaudée. Marguerite Elodie sortit de la clinique dans les bras de sa mère qui se mit aussitôt à la haïr. nourrisson exemplaire, elle développa toutes les grâces de l'enfance pour devenir la plus jolie fillette du quartier, de la ville, du pays. Tous ceux qu'elle croisait l'adoraient et c'était une compétition entre nourrices, éducateurs, oncles et grandes tantes, cousins, même les amies intimes, à qui paraderait avec elle, la cajolerait, chanterait ses louanges. devant une peau si lisse, des amours de fossettes, des membres délicats et, par-dessus tout, une gaieté docile et sans artifice, seule la mère demeurait de marbre. elle fit son devoir, sans mots inutiles, sans un sourire, sans une caresse. Le père, trop occupé pour s'entremettre, se méfiait de ce qui excédait la norme, mais dans son fort intérieur, il s'attribuait le mérite de cette beauté et commençait, en douce, une compétition de charme. Marguerite Elodie ne voyait rien d'étrange à sa situation et, à l'aune d'une mère froide et d'un père à l'admiration retenue, se jaugeait comme une enfant chanceuse, promise peut-être à un destin exceptionnel.

Quand elle atteignit l'âge ingrat on vit les gaucherie de l'enfance s'estomper et se remodeler en délicatesses de nymphe. Les parents réagirent  à ce désordre naturel en produisant chaque année un frère ou une soeur, par chance des jumeaux, l'un plus malingre que l'autre, des morveux hurleurs, durs à élever, objets de toute la sollicitude maternelle. Cette fratrie généra une kyrielle de calamités, comme si toutes les malédictions familiales répertoriées depuis le début du monde et, à la longue, quelque peu émoussées, gênes détraqués, instincts morbides, bobos purulents, agressivité consanguine, avaient retrouvé leur théâtre d'antan. Marguerite Elodie eut ainsi tout loisir de s'effacer. Comme son père l'appelait, ma grande, et que sa mère ne l'appelait pas, elle fit oublier jusqu'à son prénom, lourd et irrésolu, qui ne fonctionnait que pour les livrets scolaires et les feuilles de Sécu et fut bientôt hors d'usage; Patiemment, elle attendait son heure.

La patience est une des vertu les plus rapidement récompensées. en sortant du lycée, elle avait l'habitude d'un détour buissonnier place Vendôme et longuement, patiemment, dévorait des yeux les vitrines des bijoutiers. Un homme jeune, élégant, qui passait par là tous les jours, rencontra le regard avide de la fraîche Marguerite, de l'exquise Elodie. Le cristal des identités usurpées se brisa net pour donner naissance à Maggie, connue de toutes les polices du monde comme la plus insaisissable croqueuse de diamants."

-Isabelle Jan-









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire