lundi 24 décembre 2012

a la Sainte Adèle




Avec le vent qui lave les humeurs
et réduit de dérisoires calculs
en sable
parfumé aux embruns
de noroît.

Avec la cavalcade
des troupe marines
à l'assaut de mouvantes évidences.

Avec le ciel et la mer
qui se mesurent du regard
en se jaugeant  à l'infini
dans une comédie
ébouriffante et vertigineusement romantique.

Avec les sparadraps de mots sur les coutures
 de mes empiècements.
empressements...

un peu larges d'épaule
un peu écornés dans les brumes
un peu bouloches aux entournures

sans trop savoir ni assez comprendre


Avec les limites d'un horizon
ici
maintenant
et demain comme une autre histoire.

En ces jours de trêve et de plaisanterie,
qui n'ont  de sens
que si l'on veut  s'y arrêter
et si l'on peut s'en soulager.

Je vous souhaite
d'avoir le coeur bien entouré
de chaleur et de délicatesse
de poésie et de tendresse.
...

Conjuguons notre affection pour la vie en général
et ses bouts d'Hommes
passés
présents et  devenir
en particulier.

Restons aimablement fragiles





















1 commentaire: