jeudi 9 décembre 2010

oups!




Ah ben tiens, voilà...
à force de jouer aux redresseurs de mort, aux repécheurs du nord ou aux repasseurs de store...enfin bref quoi! à force de ...se prendre pour Zorro dilué dans un Guillaume Tell sans portable et viva zapata et Barilla réunis...ça devait arriver.
Je balance de bonne mâtine  une info en toute confiance et au bout du compte j'en tiens une couche...parce que aussitôt dit, un lecteur me prouve par A plus B et C comme  conneries que je me suis magnifiquement planté.
 Bon et certes même, il faut naturellement relativiser.Ce ne sont pas les 875mille 623 lecteurs  quotidiens de ce blog qui vont m'en tenir rigueur et changer les fesses du monde!
Oui ok,  me stimule  l'oreillette ... après recomptage au sortir des burnes, il semblerait que l'on soit plus proche des 49,3 visiteurs, mais...heu!  on va pas chipoter non plus.
En tout cas, depuis, vexé,  je suis monté dans ma chambre sans manger, avec deux claques en plus, c'est ce qu'on appelle je crois  la méthode Dolto revisitée par Carlos, feu son terroriste de fils qui a écrit si je ne m'abuse  le best-seller: "tout se joue avant 60 ans" .
Je n'avais qu'à vérifier avant publication, -C'est le  beh-Abba-de l'étudiant  suédois en  première année à l'école de journaliste de Stockholm ,et moi, plouf!  comme un débutant j'ai foncé tête baissée dans le bassin du port ..
.Ah je m'en veux, vache cochon et couvé,un gros rhume pour la peine, je sot matise c'est sur .
D'un autre côté l'info en question  n'aura  fait tapisserie qu'une heure ou deux...m'enfin c'est largement suffisant pour m'enlever tout crédibilité, déjà que...
Ah non, ne comptez- pas sur moi pour dire à ceux qui ont loupé l'affaire de quoi il s'agissait. Et Oh! y'a pas écrit "Wikileaks" non plus.
Allez ça suffit avec ça  et puis comme on dit chez les téléscripteurs-faxeurs- et farceurs du monde  qui n'en finit pas de relativiser-tourner-manège et prendre son messie pour une lanterne:
"QUE LA FETE CONTINUE"
                                                          --------------------------------------
Philippe m'envoie ceci:
Surtout, ne dites rien... :
- Quand ils ont commencé à expulser massivement des sans-papiers, je n'ai rien dit parce que j'avais mes papiers et que je trouvais que chacun devait respecter la Loi.

- Quand ils sont venus chercher les Roms, je n'ai rien dit parce que je pensais qu'ainsi je perdrais moins de temps aux feux rouges à cause des mendiants-laveurs de pare brise.

- Quand mon voisin, salarié France Télécom s'est suicidé, je n'ai rien dit parce que je pensais que c'était un privilégié et que je trouvais qu'il en faisait un peu trop sur son "malaise au travail" et qu'il s'était plutôt suicidé parce que sa femme voulait le quitter.

- Quand ils ont voulu reculer l'âge de la retraite je n'ai rien dit parce que je pensais qu'il fallait travailler plus longtemps pour pouvoir payer les pensions de vieux de plus en plus nombreux.

- Quand ils ont tiré sur les jeunes qui manifestaient, je n'ai rien dit, je pensais que la place d'un lycéen est en classe et pas dans la rue.
-Quand ils ont embastillé les bretons les basques les Corses en 2000 , je n'ai rien dit je suis un bon français

- Quand ils ont fini de privatiser les services publics comme les trains, je n'ai rien dit, je trouvais ces fonctionnaires trop privilégiés et de toute façon, je ne prenais plus le train, il était trop cher.

- Quand ils ont militarisé la police et bâillonné les juges, je n'ai rien dit, je trouvais les uniformes plus virils et j'espérais qu'ainsi enfin les assassins d'enfants ne seraient plus relâchés dans les rues.

- Quand ils ont arrêté et interné les anarchistes, j'étais plutôt content et je n'ai rien dit, ces gens sont dangereux.

- Quand ils ont supprimé toutes les aides à la culture, je n'ai rien dit, de toute façon je ne rencontre jamais d'artistes et je préfère regarder TF1 pour me détendre.

- Quand ils ont réinstallé la peine de mort, je n'ai rien dit, je pensais que les terroristes et les assassins d'enfants devaient payer à  hauteur de leurs crimes.

- Quand ils ont supprimé le système de retraites par répartition, j'ai commencé à cotiser à Sevriana, un fond de pension dirigé par le frère du président, en me disant que mon argent était en de bonnes mains.

- Quand ils ont fini par fermer l'école publique, je n'ai rien dit, mais j'ai travaillé plus dur et j'ai réduit mes dépenses de loisirs pour économiser pour l'éducation privée de mes petits enfants. Même si l'un d'eux a dû quitter l'école à 16 ans et entrer dans une école militaire pour ne plus être à la charge de ses parents.

- Quand à la faveur d'une nouvelle crise économique mes économies pour ma retraite ont disparues, je n'ai rien dit et j'ai cherché un second emploi pour boucler les fins de mois.
- Quand ils ont interdit les syndicats, je n'ai rien dit, je n'ai jamais été syndiqué, je ne voulais pas être manipulé.

- Quand ils ont imposé deux partis uniques présidés par deux frères, je n'ai rien dit, je me suis dit qu'ainsi il serait plus simple de choisir pour voter.

- Quand ils ont supprimé le droit de vote des femmes, je n'ai rien dit, de toute façon je pensais que ma femme et ma fille votaient la même chose que moi.

- Quand ma femme a perdu son emploi et qu'elle m'a dit qu'elle n'en trouvait plus, je n'ai rien dit et j'ai cherché un troisième emploi pour la fin de journée et assumer ainsi mon rôle de chef de famille. De toute façon je trouve qu'elle cuisine mieux qu'elle ne travaille.

- Quand je suis arrivé à 62 ans j'ai été licencié de mes deux premiers emplois, parce que je n'étais plus assez efficace, je n'ai pu conserver que mon emploi au centre commercial, mais ils m'ont mis au rangement des caddies. Je n'ai rien dit, trop content de conserver une source de revenus.

- Quand mon fils est mort au travail à 45 ans alors que j'entamais ma 50ème année de travail, je n'ai rien dit parce que je pensais qu'il n'avait pas eu de chance.

- Aujourd'hui, en ce mois de février 2023, il fait froid sur le parking du supermarché, je range des caddies du haut de mes 69 ans, tout à l'heure je suis convoqué par la direction, je sais qu'ils vont me licencier. Comme je n'ai plus les moyens de payer notre loyer, je vais être expulsé de mon logement et comme j'ai déjà  refusé de quitter les lieux, je suis sous le coup d'un mandat d'amener. La police m'a prévenu qu'elle passerait demain matin. J'ai bien cherché à contacter des syndicats ou des associations, comme il en existait il y a longtemps, mais apparemment il n'y a plus personne pour m'aider à me défendre..."
  
                                                     --------------------
Chantal m'envoie cela:
(et ça m'en bouche un coin, dans la série les enfoirés ils pensent à tout...)



"Le 14 décembre va être observée la loi loppsi 2 : 
Vivre dans des camions, yourtes, tipis, roulottes, cabanes pourra devenir illicite! Une lettre sera envoyée à tous les maires et préfets qui seront redevables d'une amende de 3 700 ? en cas de non-DENONCIATION!!! Nos habitats peuvent être détruits dans les 48h!! Cette loi va passer parce que... personne n'en à entendu parler!! Faites passer, renseignez vous!"


http://www.halemfrance.org/spip.php?article68

 


2 commentaires:

  1. Hum....heuuuuu....oui, bon, en effet (et là, je sors doucement sur la pointe des pieds.....)
    ROUGE DE HONTE !!!

    RépondreSupprimer
  2. t'inquiète tu connais l'adage:y'a que les imbéciles qui se trompent jamais, et puis il se passe tellement de saloperies qu'une de plus ou de moins...
    ;-)

    RépondreSupprimer