mercredi 16 août 2017

derrière l'apparence


Marronnier du jour:

Promenade  en baie de La Gacilly
Embarquement immédiat pour se laisser guider dans des histoires d'Humanité,
qui nous font face à face 
dans leur cruelle vérité,
leur poésie,
et le goût qu'elles nous laissent
ensuite. 

Vivez, vous êtes figés.
 Si c'était tout le contraire?





Ce que le théâtre dit à l’enfant :

"- Tu n’es pas seul.
- Parfois, tu te sens seul, mais tu n’es pas seul.
- Tu n’es pas simple.
- Le monde non plus n’est pas simple.
- Il est complexe.
- Tu es complexe.
- C’est une chance, saisis-la.
- Evidemment, tu rencontreras parfois des problèmes.
- Tu en as déjà rencontré.
- Tu as une boîte à trésors, que tu remplis chaque jour soigneusement, et dans cette boîte, parmi les trésors, on trouve aussi des problèmes.
- Tout le monde a des problèmes.
- C’est comme ça, c’est la vie.
- Tu trouveras peut-être des solutions à tes problèmes.
- Peut-être que quelqu’un t’aidera à trouver une solution ?
- Sois courageux.
- Ne baisse pas les bras trop facilement.
- Tu n’es pas seul.
- Tu n’es pas simple.
- Tu es comme les casse-têtes chinois.
- Et puis tu as besoin de poésie pour vivre, comme on a besoin de l’eau ou du pain.
- Les poèmes sont tes amis.
- Les poèmes, qu’est-ce que c’est ?
- Les poèmes, ce sont des textes qui interrogent et s’interrogent, sur le monde pas simple et les gens seuls, sur les problèmes qu’on rencontre, sur les casse-têtes du cœur et nos besoins vitaux.
- Les poèmes, ce sont des mots qui en rencontrent d’autres, comme pour la première fois.
- Le poète les a placés les uns près des autres, et ce n’est pas par hasard.
- Sauf certains poètes qui connaissent très bien le hasard.
- Le poète, les poètes sont tes amis.
- Les poètes de théâtre, qui savent les mots, les voix, les corps, le temps et l’espace.
- Tu sais, dans les poèmes, il n’y a pas que les mots amour, soleil, magie, étoile et soupir.
- Parfois, il y a des gros mots dans les poèmes.
- C’est possible ? tu te demandes. Mais ça abîme le poème ! tu te dis.
- Les poèmes se nourrissent de tous les mots, parce qu’ils sont à l’image du monde, parce qu’ils ne craignent aucune réalité et parce que les voyous ont le droit, de temps en temps, d’aller lécher les belles vitrines des grandes avenues.
- C’est la vie, aussi.
- Les poèmes, c’est la vie aussi.
- La vie pas simple.
- La vie complexe.
- Comme toi.
- Ça ne veut pas dire que tu vas tout comprendre aux poèmes, parce que comme eux, tu n’es pas simple, tu es complexe.
- Parfois, les poèmes, on ne les comprend pas, pas toujours, pas toujours tout de suite. Des fois, on les regarde, on les écoute et on se dit : ça m’échappe.
- C’est la vie aussi, quand ça échappe.
- Ne baisse pas les bras trop facilement.
- Laisse tourner dans ta tête et dans ton cœur le petit vélo du poème et demande-toi ce que tu ressens, à l’intérieur.
- Sans vouloir comprendre à tout prix.
- En cherchant à sentir, juste sentir.
- Tu verras naître des mots en toi, comme les lumières qui s’allument dans la ville, le soir.
- Regarde-les.
- Ecoute-les.
- Laisse-toi traverser.
- Fais-toi ton opinion.
- Tu es le seul à savoir ce que le poème a à te dire.
- Tu es le seul à savoir ce qui résonne de lui en toi.
- Tu comprendras bien vite que les poèmes et les enfants cultivent des mystères communs ; vous êtes faits de la même étoffe.
- Les poèmes, ce ne sont pas que des mots.
- Parfois, c’est juste un corps qui se déplace en boitant, c’est un ballon qu’on empêche de s’envoler, un clown qui rote, une baleine de papier posée sur le sol. Parfois, ce sont deux corps qui jouent à se bagarrer, pour que ça te soulage de l’envie de te bagarrer.
- Ça dit : la vie, c’est ce que tu vois. Et tu vois tout, avec tes yeux de lynx et de découvreur.
- Mais pas seulement.
- C’est aussi ce que tu ne vois pas.
- L’invisible.
- L’autrement.
- Le caché.
- L’en-dessous.
- L’au-delà.
- Tout ça.
- Et autre chose encore.
- Tu vois, c’est complexe.
- C’est une chance, saisis-la.
- Tu n’es pas seul.
- Le théâtre est là.
- Les mots sont là.
- Les autres, à côté de toi.
- Tu dois attendre beaucoup de la vie.
- Parce que tu es l’enfant le plus important du monde.
- Et je te regarde dans les yeux."



 
"A story without words. The exploit" Accra-1950s

........................................................

"Sentant venir la mort, le photographe a dit entre ses dents:
-Attention...ne bougeons plus!"
-Sacha Guitry- 

photo Buket Ozatey  quartier très pauvre de Luanda en 2015

"Le rire dans l'enfance est toujours près des larmes. "
Ernest Legouvé


"Rêves et illusions." Aïda Muluneh

"L'espérance, un emprunt fait au bonheur."
Joseph Joubert

................................IIIII


"Nous sommes le seul animal qui soit surpris de l'univers, et qui s'étonne tous les jours de n'en être pas plus étonné."
Rivarol 




[...]
"Elles déploient des maisons aux fenêtres desquelles veillent de faux habitants .
Quand aux vrais, s'il y en a, ils ignorent à quel point ils sont eux-mêmes rongés par l'illusion.
ils suivent à la télévision des programmes qu'ils se persuadent d'aimer faute d'idée qu'autre chose puisse exister.
Une illusion universelle finit par devenir la réalité.
Ils se convainquent de manger, d'aimer, de vivre.
Meurent convaincus qu'ils ont vécu.
Ils se sont raconté leur histoire.
On la leur a racontée, par radio et télé interposées, qui n'auront cessé de leur suriner:
vous êtes de vrais gens.
ils regardent à la télévision ce que tout le monde regarde:
des révélations sur la vie intime de chanteurs ou d'acteurs quelconques.
tu méprises cela, en bon intellectuel, et tu as bien tort, Saurat..
C'est la vieille propension de l'esprit humain à croire que la réalité, pulpeuse et fraîche, nous attend juste derrière le rideau des apparences.
On tire le rideau, le secret est levé, nous voici en plein réel.
Du moment qu'on est allé voir de l'autre côté, on a l'impression d'avoir trouvé de quoi se remplir le vide du dedans.
L'homme a besoin de ce petit théâtre.
Il se fabrique des machines à révélation, révélation de n'importe quoi, l'important est d'arriver à se faire croire qu'on touche enfin le coeur des choses.
Certains recherchent la particule ultime.
La plupart font ce qu'ils peuvent."
Pierre Jourde-extrait de "Festins secrets"

photos: Tim Flach 





"I Love Africa"

Vidéo source : Dominique Hervé
 








\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\

"Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l'enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange. "
Bill Brandt


Photographe: Akintunde Akinleye



« Il faut aimer la solitude pour être photographe. »
Raymond Depardon

"Brazzaville et les rois de la sape." 

 « Quand on est prisonnier de l'image, cela vous donne toutes les audaces. "
 « Suggérer, c'est créer. Décrire, c'est détruire."
Robert Doisneau 



......................^^^^^^^^^

photos Zhen Shi
Kwei Yih "Circulations"


"La beauté, c'est l'apparence, mais avec tout ce qu'il y a derrière"
Jock Sturges



“The creation of something new is not accomplished by the intellect but by the play instinct acting from inner necessity"
Carl Jung

............................//////////////////////


"Emporté par l'océan"



"As far as I'm concerned, taking photographs is a means of understanding which cannot be separated from other means of visual expression. it is a way of shouting, of freeing oneself, not of proving or asserting one's own originality. It is a way of life. "
Henri Cartier-Bresson

"C’est toujours à l’imparfait de l’objectif que tu conjugues le verbe photographier"
Jacques Prévert




dimanche 13 août 2017

because


                                    Pluie du mois d'août s'égoutte
 plus bas que la terre
aimablement
parfumée.
                                Pluie du mois d'août voyoute
badine
avec son déplacé.
                             Pluie de mois d'août déboute
le touriste alarmé.
                        Pluie du mois d'août
Le doute!
entre le dehors
ou l'Intermarché.

                       Chouchoute?





" Aaaaaaah-aaah
Because the world is round
It turns me on
Because the world is round

Aaaaaaah-aaah
Because the wind is high
It blows my mind

Because the wind is high

Aaaaaaah-ah

Love is old, love is new
Love is old, love is you

Because the sky is blue
It makes me cry
Because the sky is blue
Aah-a-a-a-ah-aah-a-ah-a-a-aah
Aah-a-a-a-a-a-ah-ah-ah-ah-aah
Ah-ah-ah-ah-ah-a-a-aah
Aah-a-a-a-ah-aaaaah"

The Beatles





                                             ``````````````````````````{{{{{{{{{{{{{{{{



"Je suis dupe.
Mon regard a beau pivoter à cent-quatre-vingt degrés 
de gauche à droite de bas en haut
je suis dupe.
Je ne sens pas que je suis dupe.
Si je pouvais sentir la duperie dont je suis l'objet je ne serais pas dupe.
Non seulement j'ignore ce qui me dupe mais j'ignore même que je le suis.
Dupe.
Je suis dupe.
Simplement je suis dupe.
Si je pouvais savoir, savoir simplement que je suis dupe sans pour autant évidemment savoir d'où vient la duperie ni ce qu'elle est, il va sans dire, sous peine d'y mettre un terme, et sans cesser pour autant d'être dupe, ah, si seulement!
je pourrais jouir alors d'être dupe;
Mais je suis dupe et c'est à peine si une vague et vaine caresse de satisfaction
(m'effleure)"
 Ana Tot