lundi 23 janvier 2017

comme on dit


Dis!
Tu vois ce que je vois ?
Jamais de la vie Lili;
même en regardant dans la même direction,
je ne serais que témoin,
complice si tu préfères
de tes émotions du moment.

Pour comprendre 
ce que tu ressens à l'heure qu'il était,
il me faudrait posséder le prisme de tes yeux
la clé de tes songes
la porte de ton domaine intérieur..
et cela,
bien heureusement, 
je ne l'aurais jamais. 

Sinon je serais toi
pire: ton maître oppresseur.
ça fait peur non?

Partager, c'est me semble t-il respecter les différences,
l'Extraordinaire de l'autre qui fait qu'il est unique dans sa fantastique extravagance.

J'entends parfois:
"Se fondre dans l'autre"
et toutes ces sortes  de cuisines fusionnelles
que certains présentent comme le summum d'un amour,comment dire...: émulsionnel.

Que tout cela me semble tragique.
Comique? je ne sais pas.

Comme si "leur bonheur" s'épanouissait dans la disparition.
Cela ressemble fort à ceux qui s'imaginent qu'ils seront plus heureux dans une autre vie
et en attendant on fait quoi ?
On s'oublie  n'importe où...

Dis, tu ne trouves pas qu'il est beau l'océan ce matin?
Magnifique lili

-sourire-




                                                             \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\||||||||||||{{{{{{{{







A la santé d'un instant.

Fragile boule de vie sur sa boule de graisse
accrochée par un fil.
Mésange
Mes anges butineurs en mode grand froid.
Je vous admire derrière un double vitrage
Je suis, je suis..
sans doute
 l'oiseau en cage.

 Pour la rage de vivre
je vous guigne passereaux
qui passent
et repassent encore.
Gracieux et vifs comme un frimas de janvier.

Pour la délicatesse et le ballet si bien instruit,
je m'émerveille
à chacune de vos soudaines apparitions.

Il y a  comme de la magie à lever la tête
vers la fenêtre.
Des plumes pour révéler la poésie du lundi.
Tendresse à vous
Cincia.
Herrerillo.





vendredi 20 janvier 2017

les sentiers du monde


".../. ..
Pour exister il suffit de se laisser aller à être,
mais pour vivre, il faut être quelqu'un,
pour être quelqu'un,
il faut avoir un os,
ne pas avoir peur de montrer l'os,
et de perdre la viande en passant
.../..."
Antonin Artaud extrait de "Pour en finir avec le jugement de dieu"


"La vie délie
fleurs et mers
âmes et flammes
haines et peines
frivole éternité
tu bois les souffles
et l'agonie
bel infini
délie crois-moi
matins secrets
songes d'Asie
ardente pluie
puis disparaît
sans nul regret
ô ma Délie
d'air et d'oubli"
Hubert Haddad




"Que dire de l'hiver, de la mort, de l'éclair
Vieil enlumineur de comètes
Clairon des nuages, satrape des âmes et des spectres
Le mage fait de la douleur de voir un songe
de crapaud ou d'ange"
Hubert Haddad
extraits de:"La verseuse du matin"


                                                        ||||||||||||||||||||||||||||||||||||{{{{{{{{{{{{{{{{{{#####






                           ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^|||||||||||||||||||[[[[[



 PROGRAMME



                                                  \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\||||||||||||||||||||||[[[[[[[[[ 

 au programme du Schmoul




                                              \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\||||||||||||||| 



 La 25ème édition d'Agrock  Salle de La Cité à Rennes
                                                  \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\[[[[[[[[[[[[[[[[[{{{{{{




 Ze programme

 Plantec





 Mary L"Asterisk




Le Trottoir d'en Face